Exposition personnelle : Chonce
Lieu : Bagnoler
Date : 2020
Photos : Romain Darnaud


“ À tort ou à raison, j’ai décidé de prendre 2660 euros dans la caisse commune de mon atelier artistique.

Un matin, je me suis dirigée vers la salle des ordinateurs et je me suis rendue d’office sur le compte en banque de notre association, auquel la petite calculette ambulatoire me donne libre accès. 

Je ne m’occupe pas du tout de la trésorerie mais j’ai déjà été encouragée à m’y mêler de près pour réclamer leurs dus aux retardataires, qui n’ont d’ailleurs pas forcément de problèmes financiers : ils peuvent être tombés malade ou avoir tout simplement oublié de payer.

Mais plutôt que de jouer au gendarme, comme l’aurait fait le trésorier, j’ai viré l’intégralité de l’argent sur mon compte à moi.

Cet atelier me plait beaucoup. Je peux y fabriquer toutes sortes d’oeuvres d’art, poussiéreuses ou pas, et mes camarades ne me donnent aucune envie de le quitter. On ne peut pas dire que ce soit l’argent qui me manque non plus, mais l’idée de recevoir une telle somme était évidemment très attrayante ; elle l’aurait été pour n’importe qui.

J’effectue donc le virement sans vergogne, remonte mes manches jusqu’aux coudes, puis retourne à mon poste de fabrication.

Au déjeuner, le trésorier constate le trou béant. Son origine ne fait aucun doute ; la coupable ne dément pas.

Quelques ricanements éberluhés s’ensuivent.

Les premiers jours, le mystère l’emporte sur le mal. Il a été question, entre bien d’autres, de voyance même.

La situation la gêne un peu certes, mais pas au point de m’excuser ni encore moins de rendre la monnaie.

Rien n’y fait, mon refus est net.

Les autres ont fini par compenser de leur poche, temporairement disent-ils.

Pour la première fois, et peut-être par esprit de solidarité, tout le monde s’est mis à payer.

Cette situation a mis un froid certain, un malaise même. Les amis ne comprenaient pas bien où se situait l’enjeu.

Nous non plus.

- Mais ce n’est tout de même pas la mer à boire.

La difficulté à saisir le noeud du problème coupait généralement court au débat. Certains soupçonnaient mes travers artistiques d’avoir, et ils s’en enthousiasmaient, ‘pris le dessus sur la vie’.

Mais pour la plupart cette affaire était désagréable.

- C’est même très chiant, carrément saoulant, la façon dont elle nous prend tous pour des poires.

Que faire dans ces cas-là ? Personne n’avait pensé à ajouter cette éventualité dans la charte des ‘ Do’s and Dont’s ’ de l’association. 

- Dans ces cas-là, il y a une peine de prison.

Suite à une réunion de plus de deux heures à base de cigarette sur cigarette, l’atelier a estimé que 2660 euros ça ne valait tout de même pas la prison. Ce sont de bons gars par chance. En revanche, ils ont décidé de me rayer de l’exposition etm’ont ordonné sèchement de partir.
J’ai accepté et puis je suis partie à Bora Bora quelques jours. 1450 euros pour un billetA/R, ça aurait fait cher en temps normal, mais avec la somme que je leur avais tirée, il m’en restait quasiment autant pour me faire plaisir. Je leur ai envoyé une photo parsemée de papayes, de noix de cocos et de bananes grosses comme jamais. Après plusieurs essais, j’ai finalement trouvé une pose sympathique qui laisse entrevoir une paire de fesses bien bronzées.

C’est une histoire qui finit bien pour moi hahahahahahahaha.”



“À chaque fois qu’il passe par là”
huile sur tissu et huile sur bâche, 350cm x 400cm, 2019




“Coupures”
huile sur tissu, tissus et bâche, 160cm x 140cm, 2019




“Pn”
huile et crayons sur tissu, 220cm x 50cm, 2018


“Parte”
huile sur porte, élastiques & tissu, 2019


“Endive et artichaud”
tissus, bâche, acrylique et huile, 160 x 210 cm, 2019



“Tinture”
huile, bâche, peinture industrielle sur tissus, 130cm x 60 cm, 2019


“Tous les quatre”
huile, paillettes, colle, agrafes, laine sur plastique trouvé, 270 x 110cm, 2017-2018



“À l’origine”
huile sur tissu et bâche, 35cm x 45cm, 2019